CETA : le cdH rejette une société à l’américaine

Posté le 21.10.2016

Nous sommes favorables aux échanges commerciaux et, bien sûr, nous aimons le Canada.

Le projet de traité CETA a pour objectif, louable en soi, de créer un marché économique commun entre le Canada (35 millions d’habitants) et l’Union européenne (508 millions d’habitants), sans barrières douanières.

Le hic est que l’idéologie qui soutend le CETA favorise (encore) les multinationales et le capital, au détriment des états, des PME et des travailleurs.

Une étude commandée par la Commission européenne prévoit une hausse du PIB européen de 0,08% grâce au CETA. Mais une autre étude commandée par l’ONU évoque, au contraire, une baisse du PIB de 0,49%, un transfert des revenus du travail vers le capital de 0,66% du PIB (soit une baisse de revenus de 651 euros par an par salarié) et une perte de 204.000 emplois !

Sans compter une « américanisation » de nos modes de vie et de consommation. Croyez-en Marie-Dominique SIMONET, membre CDH de la Commission chargé des questions européennes du Parlement wallon, plus on instruit les 1.600 pages du CETA plus la volonté de résister et de défendre nos valeurs est forte.

Pour plus d’informations, vous trouverez ici :